Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Contactez nous

Vous pouvez  proposer directement un texte par mail,

 cliquez ici ->  arcea.gre@free.fr, en objet mettre: BAR .

 

Site de l'ARCEA nationalewww.arcea-national.org

 

Rechercher Dans Le Bar

Comment consommer

 

Allez sur la ou les rubriques de votre choix,  posez une question , apportez une réponse à des collègues, participez au débat par un commentaire... Afin d'éviter les intrusions externes et malveillantes ou saugrenues, chaque intervention (signée de votre nom ou d'un pseudo) sera validée.
 par le bureau avant d'apparaître sur le blog.

Remarques importantes:

 

  1- les articles peuvent être lus:
          - en ouvrant le blog, dans le menu déroulant situé à droite
          - dans chacune des rubriques, la recherche est plus aisée
   2- Les articles sont classés dans l'ordre chronologique, le plus récent en haut
   3- Ajouter un commentaire à un article: un clic sur "commentaire" ( en petites lettres) ouvre une fenêtre. On demande votre nom (ou un pseudo), votre e-mail, et de recopier3 signes (chiffres ou lettres) parfois difficiles à reconnaître (!). En cas d'échec, patience et recommencez, de nouveaux signes apparaîtront.
    


 

Dernière mise à jour :

Le 3 décembre 2011

Liens À Visiter !

15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 09:37
    
>Le CESE, nouveau temple de la transition énergétique.
Le CESE, nouveau temple de la transition énergétique.

 

C’est au Conseil économique, social et environnemental de Paris que s’est déroulée, jeudi 13 décembre, la première réunion du Conseil national du débat sur la transition énergétique. De ces heures de discussion, on retiendra de l’espérance, un peu d’inquiétude et beaucoup d’impréparation.

 

Certains industriels préconisent un mode d’apprentissage basé sur le retour d’expérience: le learning by doing, en bon français. Les organisateurs du débat national sur la transition énergétique (DNTE) semblent suivre une ligne proche: le débat sur le débat (le talking by talking?). C’est du moins l’impression qui ressort à l’issue de la première réunion du Conseil national du débat sur la transition énergétique (CNDTE) qui s’est déroulée, jeudi 13 décembre, au Conseil économique, social et environnemental de Paris.

La facilitatrice du débat, Laurence Tubiana, aura sans doute fort à faire pour en tirer synthèse, tant les sujets étaient nombreux et teintés d’une certaine confusion. Essayons-nous tout de même à l’exercice.

Une bonne partie de la réunion a porté sur le contenu de la charte du DNTE, laquelle déterminera les discussions postérieures. Nombre de «conseillers», les environnementalistes notamment, ont souhaité que les problématiques de transport soient clairement évoquées. Audacieux, certains posant la question du gel des projets les plus controversés (Notre-Dame-des-Landes, décret 44 tonnes, Snit) pendant le DNTE.

Les syndicats, patronaux et de salariés, ont souhaité plus de précision sur les modalités de la participation du public. Certains, comme la CFDT, plaidant pour une diversité des expertises et une réelle mixité des délégations (homme-femme). D’autres, comme France Nature Environnement, appelant à l’organisation de 2 ou 3 conférences de citoyens, plutôt que des 26 conférences régionales prévues. Ceci impliquant une réelle formation des participants avant la tenue desdites conférences.

Nombre de participants ont souligné une certaine absence de cohérence entre le débat national et les débats régionaux. Les représentants de l’Association des maires de France, de Force ouvrière et de l’Association des régions de France s’inquiétant du fait que des régions (Aquitaine, Ile-de-France, Pays-de-la-Loire, par exemple) lancent leur consultation avant que ne soient connus le contenu, le calendrier et l’organisation du débat national.

Côté énergie, la CGT (bonne connaisseuse du sujet), plaide pour ne pas se focaliser sur l’électricité (nucléaire?). Fidèle à ses convictions, l'association Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) n’oublie pas les questions de prix, d’accès à l’énergie et de précarité. Etonnamment, la CFDT appelle à ne pas jeter aux oubliettes les questions liées à la protection de la biodiversité. Plus classique, Ecologie sans frontière ravive la flamme des relations santé-énergie.

Personne ne semble d’accord sur les scénarios énergétiques qui serviront de base aux tractations: World Energy Outlook de l’Agence internationale de l’énergie, Negawatt (de l’association éponyme) ou celui de l’Union française de l’électricité (UFE)? Ce dernier étant jugé «illégal» par un expert du réseau Action Climat. En cause: aucun des scénarios à 2030 du lobby électrique ne permet de réduire de 40% les émissions françaises de CO2, comme demandé par la loi Pope de 2005. Pour éteindre la polémique, le Medef propose que soit nommé un spécialiste des… scénarios.

La gouvernance du débat a longuement été débattue. Bon nombre des «parlementaires de l’énergie», à commencer par ceux issus des syndicats, ont cherché à clarifier le rôle exact du secrétariat général du débat. La centrale de Bernard Thibault ne veut pas qu’il soit décisionnaire. En charge de la communication du débat national, l’instance tenue par Thierry Wahl devra faire valider ses messages par les «parlementaires» avant leur diffusion, a promis Laurence Tubiana.

La participation des entreprises a aussi fait couler beaucoup de salive: quelles entreprises (producteurs ou aussi gros consommateurs?), de quelle taille (grand groupe ou aussi TPE?), de quels secteurs (quid des prestataires de services énergétiques et des artisans maçons?), auront-elles voix au chapitre?

Qu’on se rassure: aucune décision n’a été prise à l’issue de ces heures de discussion. Mais certaines sont dans les tuyaux ministériels. La durée du DNTE devrait être allongée d’environ deux mois. Au moins quatre groupes de travail thématiques devraient voir le jour, sur l’efficacité et la sobriété énergétiques, le mix de production, les énergies renouvelables et les financements. Un cinquième, dédié à la gouvernance, pourrait être créé à la suite. En attendant la possible émergence de sous-groupes… sectoriels.

Interrogée sur la cohérence à mener deux débats énergétiques en même temps (le DNTE et le débat public sur Cigeo, le futur centre de stockage de déchets radioactifs de Bure –Meuse), la ministre de l’écologie a demandé une conciliation entre l’organisateur du débat national et le président du débat sur Cigeo. Prochaine réunion: dans le courant du mois de janvier. Les fêtes seront laborieuses pour les experts de l’énergie.

 

                                                      Le 14 décembre 2012 par Valérie deTannenber(http://www.journaldelenvironnement.net/article/debat-sur-la-transition-acte-i,32191

 

>

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 10:47

 

UFR                       COMMUNIQUÉ DE PRESSE              n°114

 

 

La situation économique impose des efforts à tous les citoyens.

 Ces efforts doivent être équitablement répartis.

 Selon les prévisions budgétaires des régimes de base et assimilés, une revalorisation des pensions de 2 % est prévue au 1er avril 2013.

 Si cette revalorisation ne devait pas s’appliquer à l’ensemble des pensions cela constituerait une nouvelle discrimination inacceptable.

Or les premiers échos des négociations en cours entre les partenaires sociaux, gestionnaires des régimes complémentaires AGIRC - ARRCO des 11 millions de retraités du secteur privé, laissent malheureusement craindre une revalorisation faible voire nulle.

il serait intolérable d’avoir une nouvelle fois deux poids deux mesures !

 

                                                                                                                                                      Fait à Paris, le 27 novembre 2012

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 16:07

Mail0001-copie-2.JPG

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 09:59
ACCORD SUR LES DEPASSEMENTS D’HONORAIRES MEDICAUX
L’accord passé à l’arraché entre les syndicats médicaux, l’assurance maladie et l’UNOCAM (complémentaires-santé) est un accord a minima qui ne tient en aucune façon compte des patients, sauf pour leur faire payer les consultations et les complémentaires de santé. Comment ces dernières peuvent injecter 150 M€ alors qu’il y a un an elles jugeaient insupportable la taxe sur les contrats « responsables ». Rassurons-nous c’est bien de notre poche que sortira cette manne. Pour les usagers du système de santé cet accord est inacceptable. Le CISS (Collectif Interassociatif sur la Santé) l’a exprimé dans un communiqué du 24/10.
Le CISS en partenariat avec deux autres grandes Fédérations a réalisé une enquête auprès des Caisses Primaires d’Assurance Maladie. Les résultats ont été présentés vendredi 26/10. Ils montrent que la situation est grave. De nombreux abus ne sont jamais sanctionnés ni par la Sécurité Sociale ni par les Ordres. L’avenant n° 8 à la Convention Nationale dont il est question ci-dessus ne résoudra que très partiellement les difficultés. Rappelons que les dépassements sont à l’origine de nombreux refus de soins par les patients.
AU FIL DES JOURS
5 novembre 2012        N° 73
 
Partager cet article
Repost0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 22:11

:

Sauvons Le Climat - 18 octobre 2012

La réglementation thermique RT 2012 va s’imposer à tous les logements neufs à compter du 1er janvier 2013, mais les promoteurs ont anticipé sur cette échéance. Le résultat, dans l’habitat collectif, est simple : le chauffage électrique disparaît au profit du chauffage au gaz naturel1. La part du chauffage électrique est passée de 70 % en 2009 à moins de 20 % en 2011 et, parallèlement, la part du chauffage au gaz est passée de 20 à 70 %. La raison en est bien connue : la RT2012 fixe une limite de consommation d’énergie en énergie primaire et non en énergie finale, ce qui pénalise très fortement l’électricité. Les conséquences pour le climat sont simples : la RT2012 va à l’opposé du but affiché par le Grenelle de l’Environnement et réaffirmé par le Président de la République.

Sauvons le Climat avait alerté, lors du vote de la loi Grenelle II qui entérinait ce choix, sur le risque que le résultat soit une augmentation de la consommation de gaz et, de ce fait, des émissions de CO2 et autres gaz à effet de serre.

Ce risque n’avait pas échappé à l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques. L’OPECST, dont l’avis avait été sollicité par le ministre de l’époque, avait proposé d’ajouter une deuxième condition : ne pas dépasser 50 g de CO2 par m2 de logement. Une telle condition aurait orienté les promoteurs vers les énergies renouvelables (associées ou non aux pompes à chaleur) au lieu de les orienter vers le gaz naturel.

Cet avis n’a pas été suivi, et on peut d’ores et déjà en mesurer les conséquences, avant même l’entrée en vigueur officielle de la nouvelle norme.

Sauvons le Climat demande que la RT2012 soit revue sans délai de façon à ne pas favoriser l’utilisation d’énergies fossiles dans l’habitat neuf et à limiter effectivement les rejets de gaz à effet de serre. Sauvons le Climat demande également que les leçons de ce fiasco soient tirées, et que toute nouvelle mesure dans le domaine de l’énergie soit évaluée en matière de protection effective du climat.

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 15:26

L’heure est grave pour les régimes de retraite complémentaires.

 

Les réserves financières de l’Agirc (cadres) pourraient être  épuisées dès 2017, celles de l’Arrco (autres salariés) en 2020.

 

C’est pourquoi les partenaires sociaux ont lancé les négociations afin de trouver des solutions. Hausse de cotisations, diminution des pensions, recul de l’age légal de départ et de celui du taux plein.

 

Syndicats et patronat vont devoir se mettre d’accord. Les discussions s’annoncent sérées pour la prochaine  rencontre du 22 novembre.

 

En savoir plus :
http://www.toutsurlaretraite.com/aer-agirc-arrco-casa-les-infos-qu-il-ne-fallait-pas-rater-cette-semaine.html

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 10:17

Rouge à lèvres et préservatifs « nucléaires »

 Recruté en 1958 par M. Rossillon, chef de Mélusine, j’étais chargé de la gestion, de la comptabilité et des achats extérieurs. Le revêtement interne des compartiments de la piscine du réacteur était en carreaux de faïence assemblés par des joints. Lors des essais de montée en puissance, les joints se sont dissous et le calcaire est passé dans un des circuits. Il a fallu vider la piscine et entreprendre la réfection totale des joints. Or, à cette époque, les marqueurs n’existaient pas, pour identifier chaque étape de gratt+age des joints. J’ai acheté en ville au moins cinquante bâtons de rouge à lèvres. Les travaux de grattage occasionnaient beaucoup de poussière ; à la périphérie de la piscine se trouvaient des chambres à fission, avec un  embout extérieur ouvert ; aussi, pour assurer leur étanchéité, j’ai fait emplette de quelques dizaines de préservatifs. La fée Mélusine était bien protégée !

                                                                                              Bernard Lhoro

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 15:50

Communiqué CFR

 

Le récent rapport de la Cour des Comptes sur la Sécurité sociale est à sens unique. Il fait l'inventaire des niches fiscales dont bénéficient les retraités mais ne prend pas en compte celles dont bénéficient les actifs.

 

Nos fédérations, FNAR et UFR, membres de la Confédération Française des Retraités (CFR), s'insurgent contre cet acharnement visant les retraités et leur pouvoir d'achat et soutiennent la position de la CFR exprimée dans son communiqué de presse.

 

La Cour des Comptes est dans son rôle en identifiant les pistes qui permettraient d'améliorer l'état des finances de notre pays, mais c'est aux responsables politiques de retenir, ou non, les suggestions qui leur sont faites.

 

Les retraités sont des citoyens comme les autres et exigent d'être traités avec équité et sans stigmatisation.

 

À l'exception des taux réduits de CSG dont bénéficient les retraités les plus modestes et qui trouvent leur contrepartie dans la Prime pour l'Emploi accordée aux actifs, le taux applicable aux autres retraités pourrait être aligné sur celui des actifs, à la double condition que cet alignement soit progressif et que les ressources en résultant soient utilisées pour améliorer la situation des personnes âgées en perte d'autonomie.

 

Concernant l'abattement de 10% sur le revenu imposable des retraités, il est bon de rappeler que cette mesure n'a jamais été associée à la notion de frais professionnels. Dans l'esprit de son initiateur, Raymond Barre, en 1978, il s'agissait de combler l'écart avec les actifs qui bénéficiaient une déduction au titre des frais professionnels. Cette disposition a survécu contre vents et marées, bénéficiant même du soutien de Laurent Fabius en tant que président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale. Il s'agit donc en réalité d'un ajustement du barème de IRPP et l'équité commande donc de maintenir cette disposition.

 

Les responsables de la FNAR, de l'UFR et de la CFR, sont très actifs actuellement auprès des responsables politiques et des média pour défendre ces positions. À ce sujet, Sylvain Denis sera sur le plateau de la chaîne Public Sénat demain mercredi 19 septembre à 19h.

 

N'hésitez pas à faire circuler le communiqué de presse de la CFR, en l'envoyant notamment à vos élus locaux : députés, sénateurs, maires, conseillers généraux et régionaux.

 

Sincèrement.

 

Christian Bourreau et Sylvain Denis

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 16:09

Le Crédo antinucléaire De Pierre Bacher - Odile Jacob

Présentation

Open

Faut-il « sortir du nucléaire » ? Depuis Fukushima, il apparaît que le débat, dominé par les écologistes, est clos. Ce livre ouvre enfin la discussion : sur tous les sujets sensibles – sûreté des installations, devenir des déchets, étapes et coût du démantèlement des centrales, distance entre nucléaire civil et prolifération, coût du nucléaire –, Pierre Bacher démonte soigneusement les articles de foi du credo antinucléaire, nous donne les cartes pour évaluer le pour et le contre, afin que chacun puisse se forger une opinion Informée. Dans un avenir dominé par la pénurie d’énergie et la contrainte du réchauffement climatique, c’est avec le plus grand sang-froid qu’il faut envisager l’équation énergétique. Ce livre devrait y contribuer fortement.

Pierre Bacher, ancien directeur technique d’EDF, est expert auprès de l’Académie des technologies qui lui a décerné sa médaille d’or. Il est l’auteur de nombreux articles et de plusieurs livres, dont L’Énergie en 21 questions.


Édouard Brézin est physicien, membre de l’Académie des sciences dont il a été le président de 2005 à 2006. Il a présidé les États généraux de la recherche et de l’enseignement supérieur qui ont remis un rapport au gouvernement.
Partager cet article
Repost0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 23:22

Disque de stationnement europée n

Partager cet article
Repost0